Business Review » Rubrique Entreprendre » Quels sont les différents types de management ? | novembre 2021

Quels sont les différents types de management ?

Le management est un outil indispensable dans une entreprise. Il permet de mieux organiser les équipes, d’optimiser et de réduire les coûts de production.

Ainsi, le rôle du manager est déterminant dans le bon fonctionnement et la survie de l’entreprise. C’est pourquoi celui-ci doit déterminer le type de management qui convient à son équipe et à ses collaborateurs. Mais quels sont les différents types de management ?

En fonction des résultats attendus et des réalités de travail, il doit savoir quand et comment recourir à un management directif, persuasif, participatif ou délégatif. Découvrez-en un peu plus sur les différents types de management et leurs avantages !

Les différents types de management

Les différents types de management que l’on distingue généralement sont :

  • le management directif
  • le management persuasif
  • le management participatif
  • le management délégatif

Chaque type ayant des caractéristiques propres et un contexte d’utilisation bien définie.

Le management directif

Apanage de l’administration, le management directif est encore appelé management autoritaire. Ce dernier donne au manageur ou dans la plupart des cas, au supérieur hiérarchique, le plein ou le maximum de pouvoir dans son domaine d’intervention.

Le chef ou manager édicte les règles qui seront strictement suivies afin d’atteindre le résultat escompté. On note ici une prise de décision unilatérale, puisque les collaborateurs doivent se contenter de faire ce que leur supérieur leur demande.

Ce management implique une capacité de prise de décision rapide et ferme. Il est souvent utilisé dans les structures verticales ou pyramidales. Dans ces genres de structures, les directives sont transmises à chaque niveau de la hiérarchie qui la répercutera à son tour sur chaque collaborateur.

Le management persuasif

Comme son nom l’indique, le management persuasif est caractérisé par la capacité de persuasion du manager. Il doit être capable de motiver son équipe, de la pousser à franchir ses limites pour obtenir des objectifs communs à travers des illustrations et des arguments. Ici, les informations circulent avec fluidité.

Ce management est basé sur la communication et sur une relation de confiance. En effet, le manager se charge de mobiliser ses équipes et de les pousser à être meilleures dans leur domaine. Les collaborateurs, quant à eux, sont invités à donner leur point de vue, à soumettre des idées innovantes et productives. Ils ont la possibilité de prendre des initiatives susceptibles de faire avancer le travail.

Néanmoins, dans tous les cas, le pouvoir de décision revient au manager. Ce dernier se chargera aussi de suivre l’évolution des travaux.

Le management participatif

Le management participatif implique une coopération transversale entre manager et collaborateurs. La prise de décision et la mise en œuvre des objectifs ne sont plus uniquement sous le commandement du manager, mais dépendent de toute l’équipe. L’intelligence collective est mise à profit dans ce cadre.

Les membres de l’équipe sont invités à se prononcer sur certaines situations, à émettre des idées et à les exploiter. Le management participatif admet une marge d’erreur et l’autocontrôle. Il responsabilise chaque collaborateur.

Dans une plus grande mesure, avec toutefois des limites, ce dernier jouit d’une liberté d’action. Ceci devant lui permettre d’atteindre le but fixé.

Le management délégatif

Encore appelé management consultatif, il repose essentiellement sur la confiance du manager en ses collaborateurs qui sont régulièrement consultés avant la prise de décision. Le manager confie des tâches à ses employés ou collaborateurs, qui se chargeront de les mener à bon terme sans son implication ou une implication très moindre. Plus précisément, il fixe l’objectif à atteindre et ne procède qu’à des contrôles ponctuels.

En management délégatif, les collaborateurs jouissent d’une importante autonomie opérationnelle. Au sein de leur groupe de travail, ils prennent les décisions et mettent en œuvre le plan d’action qu’ils jugent plus efficace.

Pour déléguer ces responsabilités aux membres de son équipe, le manager peut recourir à une délégation formelle, informelle ou totale. La délégation formelle est souvent utilisée pour des collaborateurs qui doivent assurer la réalisation de tâches importantes. Des instructions écrites interviennent dans ce cas. Pour ce qui est de la délégation informelle, les instructions sont transmises verbalement et ne prennent en compte que des tâches relativement simples. Enfin, le manager a recours à la délégation totale avec des collaborateurs compétents et expérimentés pour lesquels les directives sont inutiles.

Les avantages liés aux différents types de management

Pour réellement tirer profit de chaque style, le manager doit faire preuve de perspicacité. Le point commun avec tous les différents types de management, c’est l’atteinte de l’objectif de manière efficiente.

Avantages du management directif

Avec ce type de management, le manager est personnellement engagé et donne des objectifs précis à atteindre. Grâce à son suivi régulier, il s’assure de la réalisation effective des différents buts.

Dans des situations urgentes, sur des projets avec des délais très courts, il démontre toute son efficacité. Il en est de même pour les domaines nécessitant de l’expertise et de l’expérience de terrain.

Le management directif est également utile pour gérer une jeune équipe qui manque d’expérience ou qui est hésitante. Le manager viendra alors énoncer des instructions précises pour leur faciliter leurs débuts en entreprise.

Cependant, il n’est pas très conseillé de recourir à ce type de management lorsqu’on a à faire à des collaborateurs compétents et autonomes. Ceci pourrait nuire à leur productivité, puisqu’ils se sentiront limités dans leurs actions. Il faut veiller de ce fait à ne pas tomber dans l’autoritarisme.

Avantages du management persuasif

Le management persuasif crée un sentiment d’appartenance à une équipe. Ainsi, on enregistre plus ou moins une cohésion, une loyauté et moins de conflits internes. Les collaborateurs apportent une contribution réelle pour que l’entreprise dans laquelle ils travaillent, connaisse un bon fonctionnement.

Ce style de management engendre très vite une motivation et un intérêt vif de la part des travailleurs, dans l’accomplissement d’un projet. Il peut également faire monter en compétences un salarié, par la motivation qu’il apporte à ce dernier.

Toutefois, il peut constituer un frein à l’autonomie de tous, car le dernier mot revient au manageur. Le risque de confusion entre vie professionnelle et vie privée est également présent, à cause de la forte implication du manager et des collaborateurs. Il faudra avoir à l’esprit de ne pas rendre invasif ce management.

Avantages du management participatif

Avec un taux d’implication très élevé venant des collaborateurs, on enregistre des résultants plus probants. Le taux d’absentéisme connaît aussi un décroissement significatif. Ce type de management accroît la motivation des collaborateurs et donne du sens au travail effectué.

Le management participatif favorise le leadership et l’innovation, qui sont des qualités recherchées pour rendre une entreprise productive et compétitive. On note une certaine réactivité à prendre en compte et à régler les insatisfactions et demandes venant des partenaires et des clients. L’information est relayée en permanence pour permettre un meilleur suivi.

De plus, les problèmes qui surviennent à l’interne sont vite résolus.

Cependant, les réunions fréquentes peuvent interrompre le bon déroulement du travail. Il faut également être suffisamment outillé pour ce type de management, pour éviter l’anarchie. Il ne faut pas non plus l’appliquer avec des collaborateurs qui n’apprécient pas les responsabilités contraignantes.

Avantages du management délégatif

Le management délégatif développe le leadership en entreprise. Grâce au travail en synergie des collaborateurs, la transmission des compétences a lieu et les informations circulent à tous les niveaux.

L’intelligence collective et le travail d’équipe sont au centre de tout, d’où la naissance du sentiment d’appartenance. L’innovation est stimulée et le stress est considérablement réduit grâce à la liberté d’exécution. La productivité connaît une nette amélioration puisque le travailleur est plus enthousiaste et désire être davantage rentable.

Un autre grand avantage est qu’en cas de problèmes, l’équipe la plus proche s’en charge automatiquement. On note donc une meilleure organisation et une proactivité.

Par ailleurs, le manageur peut mettre son temps à profit sur d’autres projets ou sur d’autres thématiques toutes aussi importantes au développement de l’entreprise.

Toutefois, un management assez délégatif peut donner l’impression que le manageur transfère toutes ses responsabilités aux collaborateurs. Une possible désorganisation pourrait survenir, due à un non-respect des rapports hiérarchiques ou à des ordres opposés.

Mise en situation

Les différents types de management ne conviennent pas à toutes les situations. Au sein d’une même entreprise, il est possible d’utiliser concomitamment les différents styles. Ceci dépend en grande partie du niveau de compétence, de la réalité du terrain et de la capacité de chaque individu.

En management directif

Supposez que vous devez finaliser dans un délai serré un travail. Le rôle du manager sera de distribuer une tâche précise à chaque collaborateur. Il détermine unilatéralement selon le niveau, la compétence et l’expérience, le travail qui doit être effectué. Il procède ensuite au suivi régulier de l’avancement des travaux à chaque niveau.

En management persuasif

En présence d’employés ayant peu confiance en eux, le management persuasif trouve les illustrations pour les inciter à prendre des initiatives. Si vous souhaitez que vos collaborateurs participent au mieux à la vie en entreprise, demandez-leur de proposer leurs idées sur tel ou tel pan de projet.

En management participatif

Utilisez le management participatif avec des collaborateurs très compétents et créatifs qui ont besoin d’espace et d’autonomie pour s’épanouir. Si vous voulez créer une atmosphère de travail où tout le monde se sent responsable de la réussite de l’entreprise, le management participatif est une option.

En management délégatif

À l’instar du management participatif, le management délégatif est recommandé si vous travaillez avec des collaborateurs qui ont une excellente maîtrise de leur domaine d’activité. Ces derniers, étant assez compétents, ont besoin d’une certaine latitude pour bien exécuter leurs missions.

En définitive, il n’existe pas un management parfait ou absolu à mettre en œuvre partout ou dans n’importe quelle situation. Il est donc important de faire preuve de tact avec les différents types de management pour de produire de meilleurs résultats.

À Propos de l'auteur : Lucas

Entrepreneur dans l'âme, j'ai à cœur de vous partager ma fibre entrepreneuriale.